Guerre commerciale Chine/Etats-Unis: une trêve est déclarée

Articles de l'auteur

croissanceafrikhttp://croissanceafrique.com
Croissance Afrique (sarl) est un Média multi-support qui propose plusieurs rubriques axées sur l’actualité économique du continent, notamment la Finance-secteur, Banque-Assurance, Défense-sécurité, Climats, Agro, TIC, Gestion-Publique, Mine-commodité, communication, Leaders, Electricité et Institutions internationales, Telecom, Hydrocarbure, transport etc.

Il ne devrait pas y avoir de guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, en tous cas pas dans l’immédiat. A l’issue d’intenses négociations, les deux pays se sont en effet mis d’accord pour diminuer « de manière significative » le déficit commercial américain, supérieur à 300 milliards de dollars l’an passé. « Les deux parties sont parvenues à un consensus, ne s’engageront pas dans une guerre commerciale et n’augmenteront pas les droits de douane respectifs », indique Liu He, vice-Premier ministre chinois, qui a dirigé cette semaine à Washington la délégation chinoise chargée des négociations avec le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin.

Entre la Chine et les Etats-Unis, la guerre commerciale n’aura pas lieu. En tous cas pas tout de suite. C’est ce qu’ont annoncé conjointement les deux plus grandes économies de la planète. Après des mois de tensions, et de menaces de représailles commerciales, Washington et Pékin se sont fait la promesse de ne pas augmenter leurs droits de douane respectifs.

Quelques bémols néanmoins. En effet, alors que Washington réclamait 200 milliards de réduction du déficit commercial américain, le communiqué commun, publié samedi 19 mai 2018 aux Etats-Unis, n’avance pas de chiffres. La Chine a donné son accord sur le principe d’une réduction du déficit commercial sans s’engager sur un montant précis.

De la même manière, le texte ne précise pas si l’échéance de mardi prochain sur une possible entrée en vigueur de nouvelles mesures frappant pour 50 milliards de dollars de marchandises chinoises, est de facto suspendue. Tout comme il reste vague sur le nouveau fonctionnement de cette nouvelle relation commerciale officiellement apaisée après plusieurs mois de tension.

Même incertitude concernant l’avenir des droits de douane récemment augmentés avec acrimonie par les deux pays, rapporte notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier. Par ailleurs, le conflit autour du géant des télécoms ZTE, sanctionné pour avoir violé l’embargo sur l’Iran mais absout par le président Trump dans une série de tweets, est aussi passé sous silence. Le texte indique seulement que les discussions vont se poursuivre.

Energies, produits agricoles, soins médicaux, haute technologie et finance

Quoi qu’il en soit, et Pékin s’y engage « significativement », davantage de marchandises et de services américains devraient être vendus à la Chine dans les prochaines années afin de « soutenir la croissance et l’emploi aux Etats-Unis » et permettre aux Chinois d’assouvir « leurs besoins de consommation croissants », précise le communiqué.

Selon M. Liu, vice-Premier ministre chinois, la Chine et les Etats-Unis renforceront leur coopération commerciale dans les domaines de l’énergie, des produits agricoles, des soins médicaux, des produits de haute technologie et des finances, rapporte l’agence Chine nouvelle. « Briser la glace ne peut se faire en un jour, résoudre les problèmes structurels sur les relations économiques et commerciales entre les deux pays prendra du temps », ajoute le Liu He.

En attendant les détails de l’accord, côté américain, Donald Trump pourra revendiquer une victoire pour sa balance commerciale, mais aussi vanter son approche très agressive de la négociation. La Chine lâche du lest, fait une promesse à Washington.

Pour autant, Pékin présente également cet accord comme une petite victoire, souligne notre correspondante à Shanghai, Angélique Forget. D’abord, parce que ce consensus calme le jeu, apaise les tensions, exactement ce que les négociateurs chinois étaient venus chercher. Ensuite, parce que Pékin a donc réussi à ne pas prendre d’engagement chiffré.

AFP a la source
mail: croissanceafrik@gmail.com

Articles relatives

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Actualité