Mali : Processus de réforme au secteur de la sécurité

Articles de l'auteur

croissanceafrikhttp://croissanceafrique.com
Croissance Afrique (sarl) est un Média multi-support qui propose plusieurs rubriques axées sur l’actualité économique du continent, notamment la Finance-secteur, Banque-Assurance, Défense-sécurité, Climats, Agro, TIC, Gestion-Publique, Mine-commodité, communication, Leaders, Electricité et Institutions internationales, Telecom, Hydrocarbure, transport etc.

Ce mercredi 14 Novembre 2018, le commissaire de la commission à la réforme du secteur de la sécurité a présenté le projet de la stratégie nationale du secteur de la sécurité. Cette rencontre a regroupé les acteurs de la société civile et des experts évoluant dans domaine défense et de sécurité. C’était en présence de l’honorable AZAZ AG lougdad Dag qui a, d’ailleurs présidé la rencontre.

Il s’agit de mettre l’accent sur le processus de réforme du secteur de la sécurité au Mali. C’est pourquoi le gouvernement du Mali à travers structures chargée de la défense et de sécurité comptent mettre en place un mécanisme de réforme du secteur de la sécurité dans le pays. Raison pour laquelle dans sa présentation le commissaire en charge de réforme du secteur de la sécurité a définit la RSS comme étant « un processus par lequel les Etats formulent ou réorientent les cadres institutionnels des groupes engagés dans le secteur de la sécurité en vue de les rendre plus efficaces et de leur permettre d’êtres réceptifs au contrôle démocratique et attentif aux besoins de sécurités et justice de la population » a –t-il définit dans exposé.

Dans le contexte justificatif, le commissaire DIALLO à rappeler un sous contexte politique dont il est dit « qu’apparemment aux organisations régionales et internationales avec de bonnes relations avec tous les pays » nous a laissé entendre. Mais avant de s’atterrir sur le contexte économique qui a mis l’accent sur la (CREDD) qui s’inscrit logiquement dans l’axe préalable du cadre stratégique pour la relance économique et développement durable qui prend en compte la paix et sécurité et du domaine prioritaire portant sur la défense et sécurité.

En réalité il s’agit de prendre en compte deux espaces géopolitiques de notre géographique : ici nous mettons l’accent sur le Golf de Guinée, point d’entrée par la mer avec ses réserves naturelles, objet de convoitise et la band sahélo-saharienne ; plus vaste zone désertique du monde continuant une sortie de « no man’s land ». A cela s’ajoute à l’identification des institutions de la sécurité que sont : la police, garde nationale, gendarmerie nationale, forces armées, la douane, Eaux et forêts, administration pénitentiaire et les entreprises de sécurité.

Il faut noter qu’on dénombre plusieurs insuffisances dans le secteur de défense et de la sécurité à savoir l’absence de document de politique nationale en matière de de défense et de sécurité, les déficits en qualité de gestion des ressources humaines, l’inadaptation de l’organisations des forces armées, les difficultés dans la chaines de commandement, l’insuffisance de vecteurs aériens, l’absence de coordination du renseignement intérieurs et les préoccupations des populations.

Daouda Bakary KONE

Mail: croissanceafrik@gmail.com

Articles relatives

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Actualité