Urgent-Mine d’Or de Loulo (Rand gold) : Les travailleurs en sit-in depuis mercredi 05 Décembre 2018.

Articles de l'auteur

croissanceafrikhttp://croissanceafrique.com
Croissance Afrique (sarl) est un Média multi-support qui propose plusieurs rubriques axées sur l’actualité économique du continent, notamment la Finance-secteur, Banque-Assurance, Défense-sécurité, Climats, Agro, TIC, Gestion-Publique, Mine-commodité, communication, Leaders, Electricité et Institutions internationales, Telecom, Hydrocarbure, transport etc.

Pour réclamer le traitement de leur salaire sur le nouveau salaire de base négocié en 2016, les travailleurs de « SOMILO » (Société des Mines d’Or de Loulo filiale de « Rand Gold ») Sont en Sit-in, débuté ce mercredi 05 Décembre 2018. Selon une source provenant des travailleurs de la mine d’or de Loulo « L’affaire remonte en Mars 2016 ou les travailleurs ont reçu une augmentation salariale sur leur salaire de base après un arrêt de travail comme celui en cours.
Confirmant les faits au téléphone, un membre du bureau des syndicats des travailleurs de SOMILO révèle que « L’affaire remonte en Mars 2016 ou les travailleurs ont reçu une augmentation salariale sur leur salaire de base après un arrêt de travail comme celui en cours » a -t-il confirmé à la rédaction de croissanceafrique.com. Cette situation n’est pas un secret de polichinelle, puisque la mine d’or de Loulo a été ouverte dans la région de Kayes (cercle de Kéniéba). Et jusqu’en 2017, « les travailleurs n’ont obtenu aucune augmentation salariale, malgré les surproductions avec des records battus chaque année », a confirmé une source concordante.
En effets, « depuis plus de 10 ans, toutes les revendications syndicales sont les poussins qui meurt dans l’œuf et avec le boycotte incessant des différents préavis de grèves et de grève avec des méthodes qui ne respectent aucun règlement juridique, raison pour laquelle, les travailleurs ont décidé de passé à la vitesse supérieure en passant par une autre technique pour se faire entendre, qui est le sit-in. Nous avons fait de telle sorte que tous les travailleurs se regroupent dans l’enceinte de la mine en refusant de travailler » nous a confirmé une source téléphonique.
Le syndicat affirme que depuis 2016, Rand-Gold avait offert 500 000 F CFA par employé, une somme provenant d’une de ses filiales Ivoiriennes (Tongon S.A). Un forfait considéré comme bonus de compensation aux actions alloués aux chefs de départements. Ces bonus de compensation qui nous a été alloué était le résultat d’une action que nous (syndicat) avons déclenché pour dénoncer des pratiques discriminatoires de Rand Gold. La somme globale de cette opération est à hauteur de 100 millions de nos Francs par ans.
Cette frustration des travailleurs de SOMILO s’explique par le fait que toutes les mines d’or du Mali payent mieux que celle de Loulo soit le triple. Notre source nous explique que « cela est le constat d’une enquête menée par le syndicat des travailleurs de SOMILO à travers la masse salariale de toutes les mines d’or du Mali » nous a expliqué au téléphone.
C’est pourquoi, selon eux, « en 2016, le syndicat avait décrété 4 jours d’arrêt de travail, d’ajouter que face à la pression et à la détermination des travailleurs, SOMILO avait cédée et qui a abouti à une augmentation de salaire de base. Mais après la finalisation du Protocol d’accord, le lendemain, lors de la signature, nous avons aperçu qu’il a eu des changements dans le document pré-élaboré et c’était en présence de tous les responsables (PDG, direction SOMILO, Travailleurs et Syndicats). Et cette modification dit que le salaire continuera à être traité sur l’ancien salaire de base parce que ; il y a des primes qui sont liés au salaire de base et quand le salaire augmente, les mêmes primes augmentent notamment la Prime de Risque qui fait 75% du salaire de base pour les travailleurs de la mine souterraine et 35% pour ceux qui travaillent à la surface, ce qui n’est pas normal », a -t-il affirmé.
En réalité, notre source nous conclura que « la direction s’est rendue compte plus tard que l’augmentation du salaire de base va augmenter ces primes et a décidé de revenir sur sa décision de calculer le salaire sur l’ancien salaire de base, ce qui a rapidement été rejeté par les travailleurs et le comité syndical, les travailleurs reçoivent deux salaires de base sur leur bulletin de paie depuis Mars 2017, un salaire de base pour montrer l’augmentation reçu et l’autre pour le traitement du salaire. Et depuis, cette situation est fortement contestée par l’ensemble des travailleurs après plusieurs revendications des syndicats pour calculer le salaire sur le nouveau salaire de base sans succès », a -t-il conclue.

A suivre

Source: croissanceafrique.com

Mail: croissanceafrik@gmail.com

Articles relatives

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Actualité