Le Mali et la Banque Mondiale signent un accord de financement additionnel d’un montant de 17 milliards FCFA environ sous forme de don.

Articles de l'auteur

croissanceafrikhttp://croissanceafrique.com
Croissance Afrique (sarl) est un Média multi-support qui propose plusieurs rubriques axées sur l’actualité économique du continent, notamment la Finance-secteur, Banque-Assurance, Défense-sécurité, Climats, Agro, TIC, Gestion-Publique, Mine-commodité, communication, Leaders, Electricité et Institutions internationales, Telecom, Hydrocarbure, transport etc.

Ce vendredi 14 décembre 2018 le ministère de l’économie et des finances en partenariat avec la Banque Mondiale ont procédé à la Signature d’un accord de financement additionnel du Projet de reconstruction et de relance économique (PRRE) sur financement de la Banque mondiale et en cours d’exécution depuis cinq ans. Cette rencontre a enregistré la présence du ministre Malien de l’économie et des finances Dr Boubou Cissé, de la directrice de la Banque mondiale Mali Mme Soukeyna KANE ainsi que plusieurs acteurs venant dans le secteur de la fiance publique et l’économie (économistes de la Banque mondiale).

A l’entame de ses propos, le Ministre malien de l’économie et des finances, Dr Boubou Cissé affirme ceci « il me plait de rappeler avec satisfaction que la signature de cet Accord de financement additionnel est le 9ème accord signé avec vous depuis le début de l’année 2018, totalisant un montant de plus de 342,2 millions de dollars américains, soit environ 198 milliards de F.CFA », a – t- il affirmé.
L’Accord de financement additionnel que le gouvernement du Mali à travers son ministre de l’économie et des finances vient de signer, d’un montant de 30 millions de dollars US, soit 17 milliards FCFA environ sous forme de don, permettra de consolider les acquis du financement initial de ce projet et d’étendre ses activités et ses bénéfices à d’autres populations vulnérables du nord et du centre du Mali touchées par la crise multidimensionnelle de 2012.
C’est pourquoi, le chef de l’hôtel des finances ajoute que « le Projet de Reconstruction et de Relance Economique est un instrument très important du Gouvernement de la République du Mali pour favoriser le relèvement socio-économique des zones nord et centre du Mali par : la restauration des services de base et des activités productives ; et le retour de la confiance et de la paix », a – t-il ajouté, le ministre Cissé.

Avant de conclure son allocution Dr Boubou Cissé a précisé pour une dernière fois que « le présent financement permettra de consolider les réalisations du financement initial et surtout, entreprendre des actions de développement dans les zones économiques comme celle de Konna pour la relance des activités de pêche, d’Ansongo et de Goundam ainsi que des activités d’élevage entre autres », a conclu

Pour sa part la directrice pays de la Banque Mondiale au Mali Mme Soukeyna KANE s’est montrée satisfaite du déroulement du projet disant que « malgré les défis rencontrés dans sa mise en œuvre, notamment un retard de près de 12 mois dans son démarrage et depuis, une situation sécuritaire particulièrement difficile dans plusieurs zones d’intervention, dit-elle « il demeure que le projet a pratiquement atteint, à date, sa cible de 1.4 million de bénéficiaires affectés par la crise dans les régions du Centre, du Nord et les déplacés internes dans le Sud », a laissé entendre Mme la directrice de la Banque Mondiale au Mali.

D’autres part, il faut rappeler par exemple que les infrastructures locales ciblées par le projet ont été réhabilitées et équipées à concurrence de 98% pour les salles de classe, et 73% pour les systèmes d’approvisionnement en eau. Par ailleurs, 93% des micro-projets productifs prévus ont été financés dont 38% au profit d’organisations féminines. Une aide d’urgence a été apportée à environ 50.000 personnes vulnérables contre un objectif initial de 52.000.

Selon Mme Soukeyna KANE « en matière de participation communautaire et de gouvernance locale, le projet a permis d’initier et maintenir une bonne dynamique de mobilisation sociale autour : (i) de la détermination des priorités d’intervention du projet au niveau communautaire ; et (ii) du suivi participatif des activités tant de réalisation des investissements que d’exploitation des actifs mis en place. C’est ainsi que 290.000 personnes au moins ont pu participer à diverses consultations locales contre un objectif initial de 322.000 ce qui a permis de renforcer tant l’appropriation du projet par les bénéficiaires que la cohésion sociale au niveau de plusieurs communautés pour une sortie de crise rapide », a mis fin à son allocution.

Daouda Bakary KONE

Source: croissanceafrique.com

Mail: croissanceafrik@gmail.com

Articles relatives

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Actualité