LA FONDATION D’UNE NATION : LA FORCE DU PAYS DES MILLE COLLINES

Articles de l'auteur

croissanceafrikhttp://croissanceafrique.com
Croissance Afrique (sarl) est un Média multi-support qui propose plusieurs rubriques axées sur l’actualité économique du continent, notamment la Finance-secteur, Banque-Assurance, Défense-sécurité, Climats, Agro, TIC, Gestion-Publique, Mine-commodité, communication, Leaders, Electricité et Institutions internationales, Telecom, Hydrocarbure, transport etc.

Rwanda, 1994 — Beaucoup de familles étaient complètement décimées. Il ne restait personne pour s’en souvenir ou décrire leurs morts. Les rues étaient jonchées de cadavres. Les chiens dévoraient la chair pourrie de leurs maîtres. Le but maléfique des génocidaires avaient réussi bien au-delà de tout ce que l’on aurait osé imaginer. Le pays sentait la puanteur de la mort. Le Rwanda était … mort. Mais… mais…

RECIT, Kigali — le 20 Décembre 2018 — Tout comme plusieurs d’entre vous, j’étais impatient de mettre les pieds au pays des mille collines, ce petit pays d’Afrique de l’Est qui, depuis quelques années, suscite la curiosité des étrangers. J’ai donc moi aussi décidé d’y poser mes valises pour tenter de comprendre son histoire en discutant avec ceux qui l’ont vécue de l’intérieur, mais je voulais surtout découvrir aussi comment un pays fracturé jusqu’à la moelle des os, il y a moins de 25 ans, arrive à se classer parmi l’un des pays les plus innovants au monde et surtout Kigali, ville la plus propre d’Afrique?Suivez-moi.

POURQUOI VISITER L’AFRIQUE DE L’EST ?

Deux raisons : d’abord parce que le Rwanda est aujourd’hui la licorne de l’Afrique, un modèle réussi d’espoir qui a donné ses fruits de la plus belle des manières après le génocide qui aura décimé plus de 10.000 Tutsi par jour pendant 3 mois. Ensuite, parce qu’en termes d’avancée technologique, il est un exemple très réussi d’innovation disruptive.

J’étais donc curieux de comprendre cette force qui leur a permis de sortir du gouffre et se hisser parmi les pays les plus enviés d’Afrique.

Après le Rwanda, je visiterai également l’Ouganda et le Kenya. Ces pays sont cités en exemple quand on parle d’innovation et d’avancée technologique. Au cours de mon séjour, je vais surtout rencontrer les acteurs des centres d’innovation et des historiens pour tenter de comprendre ce qui explique leurs croissances rapide par rapport à la majorité des pays francophones qui tâtonnent loin derrière.

Le génocide eut pour résultat la mort de plus d’un million de personnes. Mais la mort n’était pas la seule conséquence. Des dizaines de milliers de personnes avaient été torturées, mutilées et violées, des dizaines de milliers de plus ont souffert des coups de machette, de blessures de balles, de plaies infectées et de la faim.

L’anarchie était partout ainsi que le pillage et le chaos. L’infrastructure était détruite, la possibilité de gouverner démantelée. Les maisons ont été démolies, les effets personnels volés. Il y avait plus de 300.000 orphelins et plus de 85.000 personnes qui étaient chefs de familles, avec des frères et sœurs apparentés plus jeunes. Il y avait des milliers de veuves. Beaucoup d’entre elles avaient été victimes de viol et d’abus sexuel ou avaient vu leurs propres enfants assassinés.

Beaucoup de familles étaient complètement décimées. Il ne restait personne pour s’en souvenir ou décrire leurs morts. Les rues étaient jonchées de cadavres. Les chiens dévoraient la chair pourrie de leurs maitres. Le but maléfique des génocidaires avaient réussi bien au-delà de tout ce que l’on aurait osé imaginer. Le pays sentait la puanteur de la mort. Le Rwanda était … mort.

LA FONDATION D’UNE NATION : LA FORCE DU PAYS DES MILLE COLLINES

“L’humanité ou le genre humain ne vivra en paix que lorsqu’il ne formera qu’un seul corps, une Nation.”

Au sortir du génocide en 1994, le Rwanda était profondément meurtri et divisé entre vengeance et pardon, division et unité. Il était impossible de bâtir le pays sur des fondations aussi fragiles et empruntes de velléités belliqueuses. Lorsque Paul KAGAME arrive au pouvoir en 2003, il avait une vision claire de ce qu’il voulait construire, celle de bâtir une NATION. Il faut noter que le mot ‘’Nation’’ n’est pas choisi au hasard ici. Par nation, il faut entendre UNE communauté humaine ayant conscience d’être unie par une identité historique, culturelle, linguistique ou religieuse. L’une de ses premières missions fut d’unifier toutes les ethnies autour d’une seule et unique langue et culture : Le Kinyarwandais. Si à l’époque, le pays fut détruit par la haine contre l’autre ethnie, aujourd’hui il n’existe qu’une seule ethnie, une seule langue, une seule culture et une seule nation : Le Kinyarwandais. C’est de là que naît le premier succès du triomphe Rwandais car tout le monde s’identifie au pays et travaille à rehausser son image.

LA VISION ECONOMIQUE ATTIRANT LES INVESTISSEURS ETRANGERS

«Nous n’allons pas mesurer le succès uniquement en termes de statistiques sur la migration. La création d’emplois numériques de haute qualité en Afrique stimulera également la croissance de l’emploi en Europe. Après tout, l’emploi des jeunes est une priorité urgente pour nos deux continents. Sur le long terme, l’Afrique est beaucoup plus une source d’opportunité que de risque. Tous les défis peuvent être efficacement gérés dans le contexte plus large de notre relation. C’est particulièrement le cas alors que l’Afrique cherche à multiplier l’ampleur et la complexité de son économie par le biais de la nouvelle zone de libre-échange continentale. Il faudra du temps pour changer les perceptions et les mentalités, et nous avons beaucoup de travail à faire, mais ce n’est pas impossible. » President Kagame

Mais l’État seul ne peut créer l’emploi ni faire prospérer l’économie. L’Exécutif a le pouvoir de mettre en œuvre des politiques publiques réglementaires pour faciliter les investissements et accroitre le taux de recrutement des jeunes chômeurs.

Le Rwanda est classé ville la plus propre et la plus sécurisée d’Afrique.

Quand on a de tels bons chiffres et une telle réputation, on ne peut que faire de bonnes affaires en termes d’attrait international. Pour dynamiser son économie, Paul Kagamé a décidé d’investir dans la trilogie du futur : la technologie, les infrastructures et la sécurité. La conversion de ces trois domaines font aujourd’hui rayonner le Rwanda et attisent la confiance des investisseurs étrangers. Mais, pour le rendre effectif, Kagamé a décidé d’augmenter les taxes douanières sur les produits importés pour inciter les investisseurs étrangers à implanter leurs entreprises au Rwanda afin de produire localement. Dans le même temps, elles sont tenues de recruter les mains d’œuvres locales. Ce qui réduit le taux de chômage. Le tout concourt à l’industrialisation du pays et à la promotion du Made In Rwanda.

Pour rendre l’entrepreneuriat plus attractif, il est possible aujourd’hui de créer son entreprise en 5h chrono en ligne grâce au projet de Guichet unique.

Ville de Kigali

A suivre, Récit, Partie II : Comment l’écologie et l’innovation disruptive sont entrain de transformer le Rwanda ?

Hello ! Merci d’avoir lu l’article jusqu’au bout ! Mon nom est Bilaly DICKO, je suis expert en développement de Business formé à Dartmouth College aux Etats-Unis et récemment accepté à HBX — Harvard Business School en Stratégie Disruptive avec le Professeur Clayton Christensen. Je partage avec vous ici, mes recherches et analyses sur l’entrepreneuriat disruptif, n’hésitez pas à appuyer sur le bouton ‘’ applaudissement’’ en vert pour me témoigner votre soutien et à vous abonner au blog pour être au courant de mes prochains articles.

Bilaly Dicko

Par croissanceafrique.com

Articles relatives

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Actualité