Coton: Inquiétude face à la résistance aux pesticides, une menace sur la production mondiale ?

Articles de l'auteur

croissanceafrikhttp://croissanceafrique.com
Croissance Afrique (sarl) est un Média multi-support qui propose plusieurs rubriques axées sur l’actualité économique du continent, notamment la Finance-secteur, Banque-Assurance, Défense-sécurité, Climats, Agro, TIC, Gestion-Publique, Mine-commodité, communication, Leaders, Electricité et Institutions internationales, Telecom, Hydrocarbure, transport etc.

Les cours mondiaux du coton pourraient connaître une «stabilisation» ou une «légère augmentation» lors de la campagne 2018-2019. C’est l’un des points qui ressort de la déclaration finale de la 77ème réunion plénière du Conseil international consultatif du coton (CCIC) tenue à Abidjan, du 2 au 6 décembre. C’est pourquoi le journal sénégalais financialafrik n’a pas son inquiétude. Lisez.

 

Selon Finacialafrik « Ces prévisions sur les prix se fondent sur une probable diminution des stocks mondiaux. De 18.8 millions de tonnes en 2017-2018, ils pourraient chuter pour s’établir à 18.2 millions de tonnes en 2018-2019 », dit-il. Le même journal affirme « La même tendance baissière pourrait être observée au niveau de la production mondiale. Elle « s’établira à 26,12 millions de tonnes, contre 26,75 millions de tonnes pour la campagne précédente », selon les termes de la déclaration finale. En cause : une réduction des superficies plantées, la raréfaction de l’eau et l’amélioration limitée des rendements », a-t-il pensé le journal en ligne sénégalais.

Pour les effets néfastes du changement climatique, ce financialaftik persiste encore.

Il dira par la suite que « Environ 56% de la superficie mondiale des champs de coton sont tributaires de la pluie. Le « stress hydrique » peut entraîner une réduction significative des rendements, selon les experts », dit-il. Le journal sénégalais ajoute que « Le changement climatique fait craindre des vagues de chaleur. Ce qui accroîtrait les risques sur la culture cotonnière. Notamment, la prolifération d’insectes ravageurs et la réduction du poids des capsules. La conséquence : perte de rendement et détérioration de la qualité des fibres », ajoute t-il.

Ensuite l’inquiétude face à la résistance aux pesticides

Il explique, (financial Afrik) que « Des pays ont exprimé leurs inquiétudes face à la résistance d’insectes au coton biotech. Particulièrement redoutées, les mouches blanches (aleurodes). Résistantes aux insecticides, elles  causent de graves dommages aux cultures, et transmettent le virus de la frisolée. Le CICC a dit avoir pris note des exposés et recommandations sur la question qui s’impose comme un défi mondial. En collaboration avec les producteurs des États endémiques, il adoptera un plan stratégique de gestion rigoureuse », a-t-il expliqué dans ces colonnes.

Notons que le Conseil international consultatif du coton (CCIC) a réuni 385 personnes, dont 20 gouvernements membres, 6 organisations internationales et 15 gouvernements non membres. Cet article a été repris chez financialafrik et traité par notre rédaction.

Daouda Bakary Koné

Source : croissanceafrique.com

Articles relatives

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Actualité