Mali: Les recommandations de la COCEM pour le renforcement du processus électoral

Articles de l'auteur

croissanceafrikhttp://croissanceafrique.com
Croissance Afrique (sarl) est un Média multi-support qui propose plusieurs rubriques axées sur l’actualité économique du continent, notamment la Finance-secteur, Banque-Assurance, Défense-sécurité, Climats, Agro, TIC, Gestion-Publique, Mine-commodité, communication, Leaders, Electricité et Institutions internationales, Telecom, Hydrocarbure, transport etc.


La Coalition pour l’observation Citoyenne des Élections au Mali, a tenue une conférence de presse à l’hôtel MAEVA Palace, ce jeudi, 7 mars 2019. Animée par sa présidente Mme Fatoumata Dicko.
C’était, dans le but de présenter le rapport de l’observation de l’élection présidentielle de 2018 au Mali.


A l’issue de cette présentation, la COCEM a formulé quelques recommandations pour attirer l’attention de l’opinion publique nationale et internationale.


Ses recommandations vont au nombre sept qui sont:
1- La centralisation de toutes les opérations électorales au niveau d’une seule structure indépendante et pérenne. Ce dispositif contribuera non seulement à crédibiliser davantage les scrutins et accroître l’efficacité dans la tenue des élections, mais aussi à mieux préserver et conserver la mémoire institutionnelle de cet organe.
2- La formalisation légale de la publication des résultats bureau de vote par bureau de vote dans la loi électorale. Cette publication doit se faire, en outre, dans un format utilisable et avant la fin des délais de recours afin de permettre aux partis politiques et aux candidats de documenter leurs recours.
3- La formalisation légale de la présence des observateurs nationaux et internationaux dans les centres de compilation au niveau des commissions de centralisations locales ainsi qu’au niveau de la Commission Nationale de Centralisation.
4- L’autorisation de la présence des observateurs nationaux et internationaux pour le suivi des opérations de compilation des résultats au niveau de la cour constitutionnelle. Cette étape est purement technique et conduit à l’annonce des résultats définitifs des scrutins.
5- La révision à la hausse du délai entre les deux tours afin de permettre aux deux candidats en concurrence de battre campagne et de mobiliser les électeurs. La COCEM estime que le prolongement de ce délai permettra à l’administration électorale de prendre les dispositions nécessaires pour ajuster les manquements constatés lors du premier tour de l’élection.
6- La révision du temps consacré au traitement des recours afin de favoriser un traitement efficace des dossiers par la cour constitutionnelle et pour faire les investigations nécessaires. La révision de ces délais permettra un meilleur traitement des recours. La COCEM recommande aussi la clarification de la différence entre les recours sur les opérations de vote et ceux sur les résultats dans les textes de loi.
7- Promouvoir les débats entre les candidats de l’élection supervision de la HAAC afin de créer un espace de discussions pouvant servir à mieux informer les électeurs. Madame Sylla, après nous énuméré recommandations de la COCEM, a-t-elle ajouté que ‹‹ La COCEM continue à suivre avec intérêt le processus de réformes en cours et à plaider pour la mise en oeuvre des recommandations formulées dans son rapport final d’observation de l’élection de 2018. La COCEM actuellement se prépare pour l’observation intégrale des processus électoraux prévus en 2019 selon le chrono gramme publié par le MATD le 6 février 2019.››
Par ailleurs, ‹‹ la COCEM exhorte le gouvernement à informer régulièrement l’opinion publique et les acteurs électoraux sur l’etat d’avancement des processus de révision constitutionnelle, de découpage administratif ainsi que du processus électoral qui s’annonce ››, a-t-elle affirmé.

Hamadoun Alphagalo

Source : Croissanceafrique.com

Articles relatives

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Actualité