Le film « Dawa, l’appel de Dieu » de Malik Konaté traité de propagandiste et dangereux par le jury

Articles de l'auteur

croissanceafrikhttp://croissanceafrique.com
Croissance Afrique (sarl) est un Média multi-support qui propose plusieurs rubriques axées sur l’actualité économique du continent, notamment la Finance-secteur, Banque-Assurance, Défense-sécurité, Climats, Agro, TIC, Gestion-Publique, Mine-commodité, communication, Leaders, Electricité et Institutions internationales, Telecom, Hydrocarbure, transport etc.


Le cinéma malien depuis ses ères reste une école authentique. Depuis 1979 le Mali est un habitué du podium Yenenga : Baara, Finyé de Souleymane Cissé (1979 et 1983), Guimba de Cheick Oumar Sissoko en 1995. Et depuis ses heures de gloires avec Souleymane Cissé à Cannes, pour le film Yeleen en 1987 la poétique du film malien s’impose. Parmi les films sélectionnés pour le fespaco 2019, figurait celui de Malik KONATE dont le titre n’est d’autre que
« Dawa, l’appel de Dieu ». Mais ce qui n’a pas été dit au peuple malien, c’est que le film de Malik KONATE a connu d’énormes critiques. Parce que tout simplement, le jury a dénoncé « Un film de propagande et insidieux, dangereux à cette heure du FESPACO ». Lisez.

C’est dans un tribune signé « MON DERNIER FESPACO PAR NADIA EL KANI » que nous avions ap- pris que le film de Malik KO￾NATE a été critiqué et qua- lifié d’un « film de propa- gande et insidieuse
dangereuse à l’apogée du FESPACO ». Pour Nadia El Kani « Aujourd’hui sur notre
continent, comme partout ailleurs dans le monde, nous faisons face à un dan- ger qui n’est plus une menace, mais une réalité que nous affrontons. Je parle de
l’obscurantisme, de l’inté- grisme, du terrorisme, issus d’une idéologie

qui au nom de la de la religion et en particu￾lier l’islam combat toutes les valeurs de progrès, de modernité, de mixité et d’émancipation des femmes… L’heure est à la résistance, il est temps
d’être debout », a-t-elle conseillé dans sa tribune si￾gnée sur le site kapita￾liste.com.
Pour elle, la « Démocrate, amoureux de la liberté, et dans un esprit de vigilance,
comme il en a été fait men￾tion dans les discours d’ou￾verture, mon jury et
moi-même avons tenu à alerter le Fespaco au sujet d’un film documentaire in￾titulé ‘‘Dawa’’ qui offre une vitrine complaisante et sans distance à une secte dont on était issus, pour cer￾tains, ceux qui sont les bar￾bares qui ont commis des atrocités au Mali à partir de

  1. Le cinéma est une arme, certes chacun peut s’en servir en toute liberté, mais nous tenions, particulièrement en ces jours où le Burkina Faso fait face aux
    effets néfastes de ces grou￾puscules, à dénoncer ce genre de film de propagande grande et insidieuse dangereuse à l’apogée de FESPACO » a-t-elle révélé Nadia El kani
    Une fois n’est pas coutume, le Mali était bel et bien présent au FESPACO et en position forte pour les 26 éditions à Ouagadougou qui aura lieu du 24 février au 1er mars 2019. Sur sept catégories le Mali prend position￾tion dans cinq avec cinq fils
    et une série, sauf deux,
    celles du film documentaire
    de court métrage et des
    films d’écoles de cinéma.
    Le film Barkomo des réali￾sateurs maliens Aboubacar
    Bablé Draba et Boucary
    Ombotime se trouve en lice
    pour l’ETALON.
    D’ethnie Dogon, Boucary
    Ombotime, acteur de for￾mation très vite passé der￾rière la caméra et son
    coéquipier nous embar￾quent dans une fresque es￾thétique à travers les
    mythiques falaises de Ba￾diangara. Boucary, son co￾réalisateur et leur équipe
    de DarkFacefilms produc￾tion posent en 2018 au pays
    Dogon leur bagage pour en
    sortir le film tourné entiè-
    rement en langue Dogon. Il
    a été découvert pendant la
    semaine du Festival Pana￾fricain du Cinéma et de la
    télévision de Ouagadougou.
    D’une prose onirique nous
    avons pu découvrir une des
    facettes de la cosmogonie
    dogon.
    Ils ont été sept à porter les
    couleurs du Mali. Et le cen￾tre national de cinémato￾graphie du Mali occupera
    cette année sa nuit du Mali
    avec la diplomatie ma￾lienne et ses ambassadeurs
    de la culture
    Daouda Bakary KONE
  2. Source : Mali Emergent

Articles relatives

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Actualité