Mali: Sékou Boly, le milicien « l’autre bêtise de l’État » Dixit Benjamin Sangala

Articles de l'auteur

croissanceafrikhttp://croissanceafrique.com
Croissance Afrique (sarl) est un Média multi-support qui propose plusieurs rubriques axées sur l’actualité économique du continent, notamment la Finance-secteur, Banque-Assurance, Défense-sécurité, Climats, Agro, TIC, Gestion-Publique, Mine-commodité, communication, Leaders, Electricité et Institutions internationales, Telecom, Hydrocarbure, transport etc.

Je reviens comme promis. C’est vous parler d’un monsieur, enfant du terroir dogon, devenu milicien et responsable de nombreuses bases de groupes d’auto défense dans le cercle de Bankass.

Au moment où certains ici et ailleurs se tuent pour trouver la solution au conflit qui sévit dans la région de Mopti, tuant des maliens: dogons, peulhs, banbara, Dafing, mossi etc, d’autres attisent le feu. Ils sont nombreux, mais je me permet d’en citer une avant de revenir à mon sujet, Adam Ba Konaré. Mon frère Sylvain Ère Sangala a été largement à la hauteur en lui adressant un droit de réponse. Ça me permet d’évoluer. On ne peut pas être plus édifiant.

Sékou Boly est un homme à histoire confuse. Né et grandi dans le village de Bareh à cheval entre Bandiagara et Bankass, quelques kilomètres des lieux de la dernière atrocité, Ogosssagou. Ses parents entretiennent de meilleure relation avec toutes les autres communautés avec lesquelles ils cohabitent qui sont à majorité dogon.
Nul ne peut vous dire exactement la fonction réelle de cet homme. Tantôt il se passe pour un militaire, tantôt pour un commerçant ou un spéculateur foncier de grand chemin. La seule certitude, il vit avec sa femme militaire à l’ex base aérienne.
Il a été découvert a travers une vidéo sur les réseaux sociaux se présentant comme protecteur de sa communauté. Il a adressé plusieurs messages haineux à l’endroit des populations voisines.
Son dernier message remonte à la date de l’attaque de Ogossagou où dogon, peulhs et d’autres ont trouvé la mort. Il appelle à la violence aussi à un regroupement ethnique.
Sékou Boly est un bras armé de certains ennemis de la paix tapis à Bamako. Des moyens militaires et financiers sont mis à sa disposition pour ce faire.
Il était à Ogossogou le jour de l’attaque et lourdement armé. L’on s’est jamais posé la question à savoir d’où proviennent ses armes?
Il approvionne également d’autre milices en armes pour faciliter leurs intégration dans le processus du DDR dont la charge lui est confiée dans cette zone.
L’Etat et les partenaires doivent mieux choisir leur répondant au risque de plomber le processus de paix.
Sékou Boly vous vous trompez d’ennemi! Revoyez votre message !

Benjamin Sangala

Source : Croissanceafrique.com

Articles relatives

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Actualité