Rentrée annuelle du REAO : LEONEL ZINSOU « Toute la sous région est confrontée aux mêmes problèmes, l’Afrique est le continent le moins financé »

Articles de l'auteur

croissanceafrikhttp://croissanceafrique.com
Croissance Afrique (sarl) est un Média multi-support qui propose plusieurs rubriques axées sur l’actualité économique du continent, notamment la Finance-secteur, Banque-Assurance, Défense-sécurité, Climats, Agro, TIC, Gestion-Publique, Mine-commodité, communication, Leaders, Electricité et Institutions internationales, Telecom, Hydrocarbure, transport etc.

Ce vendredi 03 Mai 2019 s’est tenue  à l’hôtel Salam, une rencontre dont le thème était le  « Mécanisme de financement d’une économie émergente. Quels chainons manquants au Mali? ». Il s’agit de la rentrée annuelle du Réseau de l’Entreprise en Afrique de l’Ouest(REAO). C’était en présence  du Premier ministre du Mali Dr Boubou Cissé.

L’occasion était alors opportune pour le conférencier d’attirer l’attention de l’assistance sur le fait que l’Afrique est le continent le moins financé de tout l’univers. Pour étayer ses propos, Lionel Zinsou a rappellé que le total des actifs financiers (addition des actions, des titres de propriété des entreprises, des obligations, titres de dettes etc) dans le monde correspond à quatre fois le Produit intérieur brut (PIB) du monde, citant le rapport biannuel de la Banque mondiale sur la stabilité financière. En Afrique, c’est une fois le PIB. Il est réduit à 0,7% si l’on enlevait l’Afrique du Sud : intermédiaire entre un pays développé et un pays africain en matière de financement de l’économie.


Paradoxalement, l’Afrique est, selon lui, le continent où l’endettement public est le plus faible et à qui l’on reproche pourtant le surendettement. Rapportée au PIB, la dette du Mali est, à titre d’exemple, moins de 40% : un taux extrêmement modéré, comparée à celui de certains pays développés où il atteint les 100% à 200% du PIB. De même, nos banques étaient dans l’incapacité de faire des crédits à longs termes.

Le président du Réseau de l’Entreprise en Afrique de l’Ouest (REAO-Mali),  Houd Baby, a mis l’accent sur les difficultés de financement, qui constituent selon lui, l’un des obstacles majeurs à surmonter par les secteurs public et privé au Mali. « Ce défi  retarde les réalisations des grands projets structurants par le secteur privé qui constituent un véritable handicape au développement de 90% des PME et PMI », a-t-il expliqué. C’est pourquoi, le président du REAO-Mali plaide pour les reformes monétaires et économiques dans notre pays.

Le président Houd Baby n’a pas manqué d’aborder les chainons manquants au Mali. Ceux-ci ont pour nom : « le fonds de capital-risque, les sociétés de financement d’achat de crédit, les sociétés de caution budget ». Il s’est réjoui de  la création par l’Etat  d’une caisse de dépôt et de consignation qu’avait réclamée le conseil national du Patronat. Une initiative du reste soutenue par l’ensemble du secteur qui espère voir dans les prochains jours cet instrument efficace de financement de l’économie malienne.

Le thème : « mécanisme de financement d’une économie émergente. Quels chainons manquants au Mali? » A été développé par le conférencier Lionel Zinsou. Durant quarante-cinq minutes, l’ancien Premier ministre béninois a expliqué qu’il existe des chainons manquants dans le financement de l’économie au Mali comme partout ailleurs dans la sous-région. Lionel Zinsou  a souligné le rôle important des entreprises dans la création de l’emploi.

La directrice des opérations de la Banque mondiale au Mali, Soukeyna Kane a pointé du doigt la faiblesse du cadre règlementant les affaires, la non diligence dans le traitement des dossiers judiciaires, le manque de capital humain, etc. Pour l’entrepreneur Ben Ba, il manque une banque de l’industrie où l’Etat aura une garantie qui permettrait d’avoir accès facilement au financement. Elle a aussi plaidé pour la disponibilité en abondance de l’énergie fiable et viable.


Avant de parler des efforts accomplis pour faciliter l’accès du secteur privé au financement, Dr Boubou Cissé a décelé, comme chaînons manquants, la carence des fonds d’autofinancement de la part des entrepreneurs et de ressources sur le marché financier sous-régional. Pour lui, l’Etat a, dans le but de résoudre l’insuffisance de fonds, mis en place des fonds de garanti et d’investissement en renonçant à une partie de la fiscalité qui est logée dans un compte afin de permettre de financier le secteur privé.

Il aussi a affirmé que  l’Afrique est  le continent le moins financé dans tout le monde. Avant d’ajouter que « les  entreprises africaines sont des acteurs économiques qui disposent de financement peu durable et plus cher ». Il estime que le continent a malgré tout réalisé des progrès considérables.

En conclusion, Lionel Zinsou, l’ancien Premier ministre du Benin a développé le thème : « mécanisme de financement d’une économie émergente. Quels chainons manquants au Mali? » Selon M. Zinsou, l’existence des chainons manquants dans le financement de l’économie n’est pas spécifique au Mali seulement. « Toute la sous région est confrontée aux mêmes problèmes », a-t-il dit. Le rôle des entreprises dans la création de l’emploi est très important, selon Lionel Zinsou. Malgré le manque de financement, le continent africain réalise des progrès considérables. « L’Afrique est  le continent le moins financé. Les  entreprises africaines sont des acteurs économiques qui disposent de financement peu durable et plus cher ».

Daouda Bakary KONE

Source/croissanceafrique.com

Articles relatives

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Actualité