Mali: Affrontement entre les étudiants à l’université de Bamako, le bilan réel est de (1) mort et un cas de bléssé grave hospitalisé

Articles de l'auteur

croissanceafrikhttp://croissanceafrique.com
Croissance Afrique (sarl) est un Média multi-support qui propose plusieurs rubriques axées sur l’actualité économique du continent, notamment la Finance-secteur, Banque-Assurance, Défense-sécurité, Climats, Agro, TIC, Gestion-Publique, Mine-commodité, communication, Leaders, Electricité et Institutions internationales, Telecom, Hydrocarbure, transport etc.

C’est suite à la mort d’un étudiant sur la coline du savoir que le secretaire général Moussa Niangally animé un point de presse pour informer l’opinion nationale et internationnale sur la réelle motivation de l’assassinat de Souleymane Diarra qui s’est deroulé ce Jeudi 4 juillet 2019. Ce dernier etait étudiant de la Faculté d’histoire et géographie (FHG), et est décédé à la suite d’une altercation inter-étudiants à l’Université de Bamako. Pour montrer son mécontentement le secrétaire général du bureau de la Coordination de l’AEEM, Moussa Niangaly, a condamné cet acte crapilleux et a appelé la justice et les forces de l’ordre à metrre la lumiére sur la situation afin que les coupables soient juger sur leur comportement qui a choqué plus d’un.

Prenant la parole Moussa Niagally precise que ce qui s’est passé est regretable « C’est regrettable. Nous condamnons avec la dernière énergie toutes formes de violences au sein de l’espace universitaire », a nous a laissé entendre.

C’est après les cérémonies funéraires de l’étudiant issu de la promotion du BaC 2018 (première année à l’université), que Souleymane Diarra, le secrétaire général de l’AEEM a animé un point de de presse dans la cours de l’IUG (sur la Colline du savoire.)

Pour lui, ce conflit n’est lié en aucune activité de la coordination de l’AEEM. Je cite “Ce conflit n’était pas au cours d’une activité de l’AEEM”, fin de citation. Il ajoute par la suite que son bureau est à pied oeuvre pour mener des investigations afin de retrouver le ou les coupables de cet “ assassinat”.

Pour couper court rumeur, il rassure qu’ils sont la, pour etudier “Nous sommes ici pour étudier. Nous avons donc besoin de cahiers et de stylos, mais pas d’armes”, a-t-il rassuré Moussa Niangaly. Il n’a pas manque d’exhorter les autorités judiciaires et sécuritaires à mener les enquêtes nécessaires pour appliquer la justice. Pour cela, il affirme qu’ils ne protegeront personnes “Nous ne protègerons personnes. Nous ne servirons de sous-couvert à personnes”, nous a promis M.Niagally

Pour plus de precision sur le nombre de mort Moussa Niangally affirme qu’il y a eu un seul cas de décès au cours de cette altercation intet-etudiant. Selon lui, un cas de blessé grave a été signalé et a été immediatemant hospitalisé à l’hopital Gabriel TOURE.

Connaissant la montée en puissance des violences Universitaires, Moussa Niangally n’a pas caché son ingnation et affirme qu’ils se battronts contre le fleau dans l’espace évolu dans tous les espace universitaires au Mali « Nous combattons les violences dans l’espaces universitaire, depuis deux ans déjà et l’impact est bien visible. Cette situation a surpris tout le monde et l’étudiant impliqué n’était qu’en première année. Dans sa faculté, nous avons et un représentant, mais pas un bureau. Dans cette faculté règne l’harmonie et le calme entre nos militants », a-t-il dit face à la presse M. Niangaly.

Il faut également noter que l’étudiant décédé a été enterré ce vendredi après-midi à Sénou. Concernant la dercouverte des armes legères dans les campus comme nous l’avons vus sur les medias sociaux Moussa Niangally precise que la police, après des fouilles au campus universitaire, aurait arrêté deux étudiants détendeurs d’armes blanches. Et dira par la suite que « Ces armes n’ont pas été découvert dans des chambres appartenant au membres de notre association (AEEM).

Daouda Bakary KONE

Source: Croissanceafrique.com

Articles relatives

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Actualité