Le Mali célèbre la journée Africaine de l’Etat civile, des actes de naissances pour tous!

53 Views

Une nécessité pour la protection des droits humains et la promotion de l’inclusion.
La 2 ème journée africaine de l’État Civile couplée avec celle du Mali, célébrée, ce samedi, 10 janvier 2019 au centre international de conférence de Bamako ( CICB ). Cette auguste journée de l’État Civil a été présidée par le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, M. Boubacar Alpha Bâ.

À ses côtés étaient présents, M. Adama Sangaré, Maire du district de Bamako, le Maire de la commune III, la présidente de parlement des enfants, la represante de l’Unicef.


Cette année, la célébration de la journée africaine de l’état civil a pour thème : “L’identité légale pour tous est un droit fondamental de l’homme l’État Civil en est la base “. L’objectif général de cet évènement grand public est ainsi de communiquer sur cette thématique. Il est également l’occasion de sensibiliser sur l’enjeu pour le citoyen de procéder à ses déclarations de faits d’état civil et d’informer sur les modalités, procédures de déclaration, conformément à l’axe stratégique de la SNEC dans lequel il s’inscrit.


‹‹ Le Mali, à linstar de tous les autres États de l’Union africaine, célébre ce samedi, 10 août 2019, la journée de la décentralisation et du développement local.” . Le ministre, Boubacar Ba, a affirmé que ‹‹ La célébration de cette journée vise, entre autres à promouvoir la décentralisation, la gouvernance locale ainsi que la participation des citoyens et des groupes sociaux à la définition et la mise en ceuvre des politiques de développement.››


‹‹ Aussi, la commémoration de cette journée offre l’opportunité aux peuples africains d’echanger sur les défis majeurs auxquels sont confrontés leurs Etats dans la mise en oeuvre de la décentralisation et du développement local,›› a-t-il dit.


Pour cette circonstance, ‹‹ Cette année, elle sera couplée avec celle de la Journée africaine de l’état civil célébrée également le 10 août de chaque année, ›› a-t-il déclaré.
Ainsi, nous a fait part de la thématique de cette journée, ‹‹ Le thème choisi est: “Des actes de naissance pour tous une nécessité pour la protection des droits humains et la promotion de l’inclusion”, ›› a-t-il annoncé.


Il a souligné quelques acquis importants en matière de promotion de la gouvernance locale et de l’état civil au Mali. II s’agit entre autres de: ‹‹ la poursuite du processus de transfert de compétences et de ressources de l’Etat aux collectivités territoriales, dont le taux a atteint 19,77 % en 2018; adoption du décret déterninant les modalités de transfert des services déconcentrés de l’Etat aux collectivités territoriales relevant de laurs domaines de compétences; la mise en place des Autorités intérimaires et des Collèges transitoires dans les Cercles, des Régions de Tombcuctou Gao. Kidal, Taoudénit et Ménaka le renforcement de la décentralisation par la récionalisation se traduisant par la promotion de l’approche de contractualisation entre l’État et les régions a travens les contrats plans Etat-Région ou District (CPER/D) et la mise en place des Agences de Développement RegionalíADR). A ce jour, on note la signature de huit (08) contrats plans Etat-Région (Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti. Tombouctou, Gao et Kidal) concourant à la réalisation de vingt (20) projets pour un montant total de plus de 24 880 378 338 F CFA les subventions mobilisées via le Fonds national d’appui aux collectivités – territoriales (FNACT) de 2013 à ros jours représentent un montant global de 95 952 665 477 FCFA ayant permis la réalisation d’environ 9000 projets au profit des colectivités territoriales; le recrutement de plus de 62 000 fonctionnaires des collectivités territoriales de – 2008 à 2018 en vue de doter les collectivités territoriales des ressources humaines suffisantes, qualifiées et stables leur permettant d’accomplir pleinement et efficacement leurs missions, ›› a expliqué le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation tout en soulignant. Il dira ensuite, ‹‹ Le Gouvernement a consenti un financement sans précédent de 14060 637 000 F CFA sur ces trois dernières années sur des aspects de conduite et pilotage de l’état civil , de modernisation du Centre de traitement des données d’état civil (CTDEC) et du Système de Recensement administratif à vocation d’état civil (RAVEC).››


Hamadoun Alphagalo

Source: Croissanceafrique.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *