L’industrie minière africaine se convertit progressivement à l’énergie renouvelable

Articles de l'auteur

croissanceafrikhttp://croissanceafrique.com
Croissance Afrique (sarl) est un Média multi-support qui propose plusieurs rubriques axées sur l’actualité économique du continent, notamment la Finance-secteur, Banque-Assurance, Défense-sécurité, Climats, Agro, TIC, Gestion-Publique, Mine-commodité, communication, Leaders, Electricité et Institutions internationales, Telecom, Hydrocarbure, transport etc.

Les entreprises minières ont fait preuve au cours des dernières années, d’un appétit croissant pour les énergies renouvelables. La capacité installée par an de centrales d’énergie propre par ces entreprises est passée de moins de 100 MW avant 2011 à 1800 MW par an en 2018. Une hausse à laquelle ont également participé les entreprises implantées en Afrique. Avec le progrès technologique, les différents changements en matière de politique environnementale et les exigences de rendement, les énergies renouvelables sont progressivement devenues une alternative solide pour les industries minières.

En 2016, Shanta Gold a annoncé la deuxième phase de développement de la centrale solaire destinée à sa mine d’or de New Luika en Tanzanie. La première avait permis l’inauguration en 2014 d’une centrale de 63 KW. Deux ans plus tard, après le succès de l’expérience, la phase deux permettrait l’implantation d’une centrale de 609 KW. Elle projetait avec cette nouvelle infrastructure de réaliser une économie de 250 000 litres de carburant par an.

Deux ans plus tard, après le succès de l’expérience, la phase deux permettrait l’implantation d’une centrale de 609 KW. Elle projetait avec cette nouvelle infrastructure de réaliser une économie de 250 000 litres de carburant par an.

En 2017, Nevsun Resources, le propriétaire de la mine de cuivre de Bisha en Erythrée, a annoncé avoir signé un accord avec Aggreko, pour la construction d’une centrale hybride de 29,5 MW, avec une capacité solaire de 7,5 MW.

1 Shanta Gold

La centrale solaire de la mine d’or de New Luika en Tanzanie.

Une année plus tard, Resolute Mining, entamait, en collaboration avec Ignite Energy Project, la construction d’une centrale hybride de 40 MW pour sa mine d’or de Syama au Mali. L’infrastructure fonctionnant au mazout lourd et au solaire, et dotée d’une capacité de stockage, entrera en service en 2020. Elle remplacera une centrale au diesel de 28 MW qui alimente actuellement la mine.

Toujours en 2018, Iamgold inaugura une centrale solaire de 15 MW dans sa mine d’Essakane au Burkina Faso.

Une autre centrale de 7 MW a également été mise en service par B2Gold en Namibie pour l’alimentation de sa mine d’or de la région d’Otjozondjupa.La même compagnie a annoncé en 2019, la construction prochaine d’une centrale de 30 MW pour alimenter sa mine de Fekola au Mali. 

L’infrastructure devrait coûter 38 millions $. Un coût d’investissement prévu pour être récupéré en 4 ans.  « On s’attend à ce que la centrale permette l’arrêt de trois générateurs de mazout lourd au lever du jour, ce qui permettra d’économiser environ 13,1 millions de litres de mazout lourd par année.», a déclaré à cette occasion la compagnie dans un communiqué.

« On s’attend à ce que la centrale permette l’arrêt de trois générateurs de mazout lourd au lever du jour, ce qui permettra d’économiser environ 13,1 millions de litres de mazout lourd par année.»

C’est une centrale hybride, fonctionnant au solaire et à l’éolienne que prévoit de construire, pour sa part, Orion Minerals dans sa mine de cuivre et de zinc de Prieska en Afrique du Sud. La centrale aura une capacité de 35 MW.

2 essakane solar sas burkina faso

La centrale solaire de la mine d’or d’Essakane au Burkina Faso.

La compagnie minière Barrick a décidé pour sa part de construire une centrale solaire hybride de 24 MW dans sa mine d’or de Loulo au Mali pour venir en appui à sa centrale thermique de 63 MW.

Tous ces projets ont fait l’objet d’études de faisabilité minutieuses qui ont prouvé leur intérêt à plusieurs niveaux pour les compagnies minières. En voici quelques-uns.

Un choix avant tout économique

L’adoption progressive des énergies renouvelables par l’industrie minière est d’abord une question de rentabilité commerciale. En effet, les chaînes de valeur du secteur sont très énergivores. Pour illustration, la facture électrique représente entre 30 et 40 % des coûts d’exploitation totaux de la plupart des mines. Un coût que peuvent encore alourdir les situations particulières telles que les déficits énergétiques des fournisseurs d’électricité du continent. Lorsque cette éventualité survient, elle augmente significativement le coût de l’électricité en obligeant les mines à s’alimenter avec des générateurs électriques dont la production est encore plus chère.

La facture électrique représente entre 30 et 40 % des coûts d’exploitation totaux de la plupart des mines. Un coût que peuvent encore alourdir les situations particulières telles que les déficits énergétiques des fournisseurs d’électricité du continent.

En outre, selon le CRU Groupe, certains autres facteurs moins aléatoires contribueront à une hausse progressive et constante de la consommation énergétique des mines. L’un d’entre eux est la baisse des teneurs en minerai. Les teneurs en cuivre ont par exemple chuté de 18% entre 2007 et 2017 ; et selon les analystes, cette tendance devrait se poursuivre. En outre, les formations de gisements sont à des profondeurs de plus en plus éloignées, et la production dans les mines gagne en automatisation.

3 B2Gold

La centrale de B2Gold en Namibie.

Cette facture énergétique élevée et en hausse, contraste avec la baisse drastique du coût des technologies d’énergie renouvelable au cours des dernières années. En 2018 par exemple, les technologies solaire photovoltaïque et éolienne ont renforcé leur supériorité en terme de rentabilité face aux énergies fossiles avec une baisse de 13 % de leur coût par rapport à 2017.  

En 2018 par exemple, les technologies solaire photovoltaïque et éolienne ont renforcé leur supériorité en terme de rentabilité face aux énergies fossiles avec une baisse de 13 % de leur coût par rapport à 2017. 

A défaut de pouvoir réduire leur consommation électrique, les entreprises minières voient dans ces technologies d’énergie renouvelable, la capacité d’optimiser leurs factures, et par conséquent leurs rendements.

C’est à juste titre que John Welborn, le PDG de Resolute Mining affirmait à propos de la construction de la centrale solaire de la mine de Syama : « Ce projet s’inscrit dans le cadre de nos efforts continus visant à utiliser l’innovation et la technologie pour optimiser et améliorer nos opérations de Syama et obtenir des résultats exceptionnels pour nos actionnaires. » …..suivez le liens d’en bas pour la suite

https://www.agenceecofin.com/hebdop2/1709-69288-l-industrie-miniere-africaine-se-convertit-progressivement-a-l-energie-renouvelable

Articles relatives

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Actualité