Cameroun : 320 milliards de FCFA de titres publics

Le Cameroun entend procéder à la levée de fonds sur le marché monétaire d’Afrique centrale pour des travaux d’aménagements et la construction des infrastructures.

L’Etat du Cameroun à travers des emprunts obligataires et des émissions de titres publics, est à la recherche de 320 milliards de FCFA sur le marché de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) conformément à la Loi de finances 2020.

Des opérations de levée de fonds destinés aux six pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) commencent dès le mois d’avril prochain, où 220 milliards de FCFA sont sur le viseur, provenant essentiellement des Obligations du Trésor (OTA).

Le coup d’envoi desdites opérations sera donné le 8 avril 2020, où le Trésor public souhaite mobiliser 50 milliards de FCFA dédiés aux secteurs de base. D’une maturité de deux ans, cette émission de titres publics est adossée sur un taux d’intérêt de 3,5%.

D’une maturité de trois ans pour un taux d’intérêt de 4%, la seconde opération de 70 milliards de FCFA se positionne juste devant la troisième, où il sera question pour cette dernière de rechercher 100 milliards de FCFA d’OTA sur le marché monétaire remboursable en cinq ans pour un taux d’intérêt de 5,7%.

Selon le Gouvernement, les 220 milliards de FCA attendus devront être prioritairement affectés à quatre secteurs socioéconomiques, en l’occurrence, les secteurs de l’eau, de l’énergie, de la santé ainsi que la construction des infrastructures sportives dans la perspective de la Coupe d’Afrique des Nations  (CAN) 2021 dont abritera le pays.

En liaison avec l’actualité mondiale liée à la pandémie de Coronavirus (COVID-19), les pouvoirs publics prévoient que 45 milliards de FCFA seront directement affectés au secteur de la santé.

Les autres 100 milliards de FCFA dévolus aux titres publics devraient être mobilisés à travers un emprunt obligataire, soit un total de 320 milliards de FCFA, ce qui représente un plus de 60 milliards de FCFA par rapport à la loi de finances 2019 qui autorisait la levée de fonds à hauteur de 260 milliards de FCFA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *