Lutte contre le trafic de drogue au Mali : Des tonnes de stupéfiants saisies et beaucoup de personnes interpellées par l’OCS en 2019

Par croissanceafrique

Face aux hommes de médias ce jeudi 21 mai 2020 dans la salle de conférence du ministère de la sécurité et de la protection civile, le Directeur de l’Office Central de lutte contre les Stupéfiants (OCS), le Magistrat Colonel Adama Tounkara a présenté le bilan des activités menées au cours de l’année 2019 ainsi que les perspectives de la structure. Cette conférence vise à informer les hommes de médias sur les activités du ministère de la sécurité et de la protection civile afin de leur permettre de disposer d’informations crédibles pour un traitement professionnel et équilibré de l’information.

Selon le Directeur de l’OCS, magistrat colonel Adama Tounkara les unités d’intervention de sa structure ont au cours de l’année 2019 saisi plusieurs quantités de stupéfiants : 5 tonnes 175kg de Cannabis, 6kg d’Héroine, 5,03kg de Cocaïne, et 75kg de Haschis. Elles ont aussi saisi de Psychotropes dont 170 372 comprimés de Tramadol, 15 701 comprimés de Diazépans, 3 844 comprimés d’Ephédrine et 112 comprimés de Métamphétamine.

S’agissant des personnes interpellées au cours de l’année 2019, elles sont au total 196 personnes dont 176 Trafiquants nationaux et 20 Trafiquants étrangers composés de 9 nationalités selon le conférencier. Il s’agit d’Angolais, de Béninois, de Burkinabés, de Cap verdiens, de Ghanéens, de Guinéens, d’Ivoiriens, de Tanzaniens et de Maliens. Pour lutter efficacement contre le trafic international de drogue, l’OCS a intensifié la coopération sous régionale avec les pays limitrophes, a laissé entendre le conférencier. C’est ainsi qu’avec le soutien des partenaires, deux rencontres ont été organisées dont la première par l’ambassade des USA pour évaluer l’état du partage de renseignement et définir les

canaux appropriés pour des échanges efficaces. Cette première rencontre a vu la participation de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, du Ghana, du Maroc, du Niger, du Nigeria et des organismes spécialisés comme Interpol, Afripol, ONUDC et la DEA.

La deuxième rencontre sous régionale a été organisée par l’Ambassade de France à travers la coopération Française pour renforcer le partage de renseignement entre les pays de la sous-région.

Ce climat de confiance avec les partenaires a permis à l’OCS de bénéficier au profit de son personnel des formations spécialisées sur les techniques d’enquêtes et de recherches en matière de lutte contre le trafic des stupéfiants, a ajouté le conférencier.

Pour le bilan de l’année 2019, le magistrat colonel Adama Tounkara a indiqué qu’elle a été marquée par une amplification des activités de prévention et de sensibilisation. C’est dans sens que l’OCS a initié des activités de sensibilisation et a aussi soutenu et accompagné des activités organisées et initiées par les organisations de la société civile.

Au titre des perspectives, la construction du siège de l’OCS dont la pose de la première pierre est attendue très prochainement et la ratification de la convention MEDICRIME par le Mali. Il est aussi prévu la réforme des textes notamment la loi 01-078 du juillet 2001 pour intégrer les questions de prise en charge sanitaire des toxicodépendants et l’opérationnalisation de la Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue.

IB KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *