Le coronavirus pousse l’or vers les sommets au profit de l’Australie et au détriment de l’Afrique

On le répète depuis 5000 ans, l’or est la valeur refuge. À 1.734 dollars l’once d’or vendredi à 17h, le cours du métal précieux porte son avance depuis le début de l’année à +13,5%. Le métal jaune est dopé par les inquiétudes, le confinenement, la recherche du vaccin, l’insaisissable remède, les tweet de Donald Trump, l’agenda de Pékin et des politiques publiques du sauve-qui-peut qui montrent leurs limites.

Dans ce climat d’incertitudes, l’or avait même tutoyé le niveau des 1 800 dollars avant de vite battre retraite, le 20 mai, sous l’effet des prises de bénéfice et, aussi, suite à l’annonce d’un essai prometteur du vaccin Moderna.

La dépréciation prévisible des devises (dollars, euros) sous les politiques d’asspoulissement quantitatif (la FED a un bilan de 7 000 milliards de dollars) ajoutées aux incertitudes géopolitiques expliquent cette course aux abris, déclare en substance Charles-Edouard Bilbault, gérant chez Rothschild & Co Asset Management Europe au site “Mieux Vivre”. Suivez la suite de l’article en bas à travers financialafrik:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *