Mohammed VI annonce un plan de relance économique à 11 milliards d’euros

Lors de son traditionnel discours de la fête du Trône, le roi Mohammed VI a annoncé ce mercredi 29 juillet, la mise en place d’un plan de relance économique post-crise d’une enveloppe budgétaire de 120 milliards de dirhams (environ 11 milliards d’euros). L’équivalent de 11% du PIB, sera ainsi injecté dans l’économie nationale dans le cadre d’un vaste plan de soutien visant les principaux secteurs de production afin de leur permettre « d’accroître leur capacité à créer des emplois et à préserver les sources de revenu ». Ce « fonds d’investissement stratégique » d’envergure devrait également servir à financer des grands projets d’investissement public-privé, dans divers domaines.

Pour réussir ce défi, le roi a appelé à « mobiliser tous les moyens disponibles en termes de financements, de dispositifs d’incitation et de mesures de solidarité, en vue d’accompagner les entreprises, essentiellement les petites et les moyennes qui constituent le maillon central du tissu économique national ».

L’engagement de l’Etat pour soutenir le pouvoir d’achat

Depuis Tétouan, le monarque de 56 ans, s’est adressé à la nation lors d’une allocution télévisée qui intervient dans le contexte de la pandémie du Covid-19. Le souverain est notamment revenu sur les décisions « difficiles, voire rudes » adoptées par le pays, faisant référence au confinement sanitaire, à la fermeture des frontières et blocus instauré sur plusieurs villes, avant de saluer les efforts et le dévouement de l’ensemble des pouvoirs publics citant particulièrement « le personnel de santé, les Forces Armées Royales, la Gendarmerie Royale, les agents et auxiliaires d’autorité, toutes les composantes de la Sûreté nationale, les Forces Auxiliaires, la Protection civile, ainsi que l’ensemble des travailleurs impliqués dans la production et la distribution des denrées alimentaires et toutes celles et ceux qui furent en première ligne dans la lutte contre la pandémie ».

Pour réunir les conditions de réussite de cet ambitieux plan de relance, le roi Mohammed VI a notamment insisté sur l’importance de « l’adhésion efficace et responsable » du gouvernement, des acteurs sociaux et des opérateurs économiques, ainsi qu’au lancement d’une « réforme profonde du secteur public pour corriger les dysfonctionnements structurels des établissements et des entreprises publics » optimiser leur efficience économique et sociale.

Dans ce sens, le souverain a appelé à la création d’une Agence Nationale qui aura pour mission d’assurer la gestion stratégique des participations de l’Etat et le suivi des performances des établissements publics.

Le roi est également revenu sur le Fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie du Covid-19, initié en mars dernier, qui atteint 33 milliards et 700 millions de dirhams, dont 24 milliards et 650 millions ont été dépensés le financement des mesures d’appui social et l’achat du matériel médical nécessaire. Ajoutant que 5 milliards de dirhams seront par ailleurs affectés à la Caisse Centrale de Garantie, dans le cadre de la relance économique.

Les plus vulnérables au cœur de la vision royale

Engagé personnellement dans le suivi et la gestion de la propagation du Covid-19 sur le territoire, le roi Mohammed VI a appelé à faire preuve de « vigilance, à la solidarité, au respect des mesures sanitaires » face au relâchement constaté dans le pays qui a enregistré un chiffre record de 1 046 cas de contaminations au coronavirus au cours des dernières 24h, évoquant également l’élaboration d’un plan pour « affronter, le cas échéant, une éventuelle seconde vague de la pandémie».

Le souverain a souligné la nécessité de capitaliser les acquis et de mettre à profit les « enseignements tirés de la période en cours » afin de remédier aux répercussions économiques et sociales de la pandémie dans le cadre d’une vision prospective globale.

Enfin, le souverain a abordé la problématique de la couverture sociale estimant que « le moment était venu de généraliser la couverture sociale au profit de tous les Marocains », dans le cadre d’un programme de déploiement progressif au cours des cinq prochaines années, qui portera, dans un premier temps, sur la généralisation de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO) et des allocations familiales. Il sera ensuite étendu à la retraite et à l’indemnité de perte d’emploi. Une réforme des systèmes et programmes sociaux déjà en place, à travers « l’opérationnalisation » du Registre social unifié (RSU) visant les ménages à faible revenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *