Cinq ans d’existence de BAII : l’institution internationale réoriente ses priorités en période de pandémie

Par croissanceafrique

Cette semaine, la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures, ou BAII, célèbre ses cinq années d’existence. A cette occasion, CGTN a interviewé M. Jin Liqun, président de la BAII. Dans l’interview, M. Jin Liqun a déclaré qu’avec cette pandémie débutée en 2020 et qu’on ne rencontre qu’une fois par siècle, l’institution adapterait sa mission de façon plus flexible et apporterait davantage de soutien au traitement médical et à la construction d’infrastructures antiépidémiques dans les pays concernés. Le président Jin précise que durant l’épidémie, et sous la surveillance du monde entier, la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures n’a pas œuvré en tant que « diplomate » mais comme « praticien de la cause du développement mondial ».

Tian Wei, journaliste de CGTN : « Certains ont inventé la terminologie de la soi-disant ‘diplomatie du vaccin’. Est-ce que la BAII, tenterait également d’exercer une telle diplomatie du vaccin ? »

Jin Liqun, président de la BAII : « Vous savez, nous ne sommes pas de diplomates. Nous sommes des praticiens du développement. Il est très important pour nous de soutenir ces pays, qui ont besoin de financement, pour par exemple bâtir des systèmes de santé de base pour gérer les urgences, ou traiter les personnes qui souffrent de la COVID-19. Et bien sûr la vaccination est très importante. C’est ce qui doit être fait. Ce n’est pas de la politique. C’est un véritable travail que de protéger les vies des gens. Et peu importe comment les gens qualifient cela. Et je pense que nous devons tout simplement le faire, d’accord ? Et c’est pour une bonne cause. »

Tian Wei, journaliste de CGTN : « Avez-vous revu les priorités ou réorienté vos projets pour la BAII ? »

Jin Liqun, président de la BAII : « Pour 2020, c’est vrai. Notre priorité est principalement d’aider les pays à gérer la pandémie de COVID-19. Et beaucoup de pays n’ont pas la capacité de développer eux-mêmes des vaccins. Donc c’est quelque chose que nous devons faire. Et comme je l’ai dit, nous devons prendre des mesures extraordinaires dans des circonstances extraordinaires. Mais en allant de l’avant, et quand les choses reviendront à la normale, nous retournerons à nos affaires courantes, à savoir l’investissement dans les infrastructures dans des secteurs productifs. »

Tian Wei, journaliste de CGTN : « Et avez-vous un calendrier pour cela ? »

Jin Liqun, président de la BAII : « Tout cela dépend de l’efficacité et de l’innocuité du vaccin, et je suis optimiste, à un certain point peut-être au cours du troisième trimestre, voire du quatrième de cette année, l’approvisionnement en vaccins aidera de nombreux pays à revenir, si l’on peut dire, à la normalité, n’est-ce pas ? Rien ne sera plus comme avant la COVID-19. Mais à un certain point, nous pourrons revenir aux affaires traditionnelles, à une vie normale. Et ensuite il nous sera possible de nous concentrer sur notre activité habituelle d’investissement dans les infrastructures. »

(Photos : VCG)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *