Une équipe d’experts de l’OMS en Chine pour comprendre les origines du coronavirus

Par croissanceafrique

Une équipe composée de 15 experts de l’OMS est arrivée à Wuhan dans le centre de la Chine. Les membres tiendront des réunions avec des experts médicaux et scientifiques chinois tout au long de leur enquête sur les origines de la pandémie, et mèneront des visites dans les lieux concernés. En vertu des exigences réglementaires du pays, ils passeront d’abord une quarantaine de 14 jours. À cette occasion, la porte-parole de l’OMS, le docteur Margaret Harris, a accordé une interview exclusive à CGTN. Elle a détaillé le contenu et la portée des recherches que mèneront l’équipe d’experts et leurs homologues chinois.

Tian Wei, journaliste de CGTN : « Que peut-on attendre de cette venue ? »

Margaret Harris, porte-parole de l’OMS : « Alors, il s’agit d’une partie très importante de l’étude scientifique dans les origines du virus. Je suis sûre, et vous le savez, tout comme les téléspectateurs, qu’il est crucial pour le monde de comprendre comment ce virus est passé des animaux aux humains. Ainsi nous pourrons éviter que cela ne se produise à nouveau durant l’épidémie, mais aussi lors de futures épidémies. De plus, nous aurons une meilleure compréhension de ce que sont les menaces du royaume des animaux à l’égard de la population humaine. Maintenant, les scientifiques internationaux, dix d’entre eux venant de dix pays différents, vont venir travailler avec leurs homologues chinois. Et ensemble, ils vont regarder les premiers cas signalés de Wuhan, et comment ces personnes ont pu être infectées, mais aussi d’autres secteurs : à savoir les études de laboratoire, les études sérologiques, et observer les différents animaux. Ainsi ensemble ils établiront des hypothèses, des problèmes, des questions critiques auxquelles il faut apporter des réponses et travailler avec méthode. Donc nous n’aurons pas de réponses, mais nous aurons les bonnes questions. »

Tian Wei, journaliste de CGTN : « De bonnes questions sont la première étape pour des réponses importantes à l’avenir. Par ailleurs, toutes les parties politiques sont impliquées depuis le tout début pour rapporter l’évolution épidémique jusqu’à aujourd’hui. Donc, comment les scientifiques parviennent-ils à gérer cet équilibre tout en faisant leur travail ? « 

Margaret Harris, porte-parole de l’OMS : « Je pense, et c’est mon directeur général qui l’a dit, tout est une question de science. Laissons la politique en dehors de tout cela. Ce n’est pas la question de savoir qui condamner. Il s’agit de savoir ce qu’il s’est passé, ainsi le monde pourra être mieux équipé afin d’éviter que cela ne se reproduise. »

Tian Wei, journaliste de CGTN : « Dites-m’en davantage sur cette venue, et à quoi s’attendre ? « 

Margaret Harris, porte-parole de l’OMS : « Et bien il y a de nombreuses et différentes choses. Et heureusement nous avons une grande expertise, tant avec l’équipe internationale, que l’équipe locale. Donc, vous vous intéressez à la santé des animaux, alors vous observez les différentes populations animales, quels sont les animaux les plus similaires quand il s’agit de cette maladie particulière à l’égard des humains. Vous tentez d’analyser la sérologie des animaux. Ont-ils des anticorps ? Vous vous intéressez aux histoires des gens qui ont été les premiers infectés. Où sont-ils allés, avec qui ont-ils été en contact ? Ce qu’il s’est passé. Vous étudiez les échantillons des laboratoires et les études des laboratoires. Et vous réunissez tout cela, vous vous asseyez ensemble, vous avancez de façon méthodique, et tous les esprits sont réunis et disent, OK, c’est ce que nous avons jusqu’à maintenant. Que devons-nous savoir ? Et comment allons-nous trouver ces éléments ? » 

(Photo : VCG)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *