Exclusif-Mali : En prélude du conseil supérieur de la magistrature, voici la vérité sur les mutations des magistrats, suivie d’une vaste nomination au sein de l’administration judiciaire

Par Croissanceafrique

Il s’agit d’un vaste mouvement de nomination et mutations au sein de l’administration judiciaire au Mali. Le conseil supérieur de la magistrature prévue pour  ce jeudi 25 février sous la présidence du Président de la transition Bah Ndaw.  Selon nos informations, plusieurs Magistrats ont été nommé voir muté.  Toutefois, notre source affirme que ces nominations et mutations sont objectives, justes et impérieux « ils  sont objectifs, justes et impartiaux », dit-elle.

Tout d’abord, des sources judiciaires révèlent que sont les résultats d’’après lecture, analyse et informations reçues sur les projets de mutations des magistrats introduits par le nouveau ministre de la justice devant la hiérarchie judiciaire.

 Les mêmes sources révèlent que « L’objectif était remobilisation de certains juges qui sont à leurs postes depuis 2017, le réajustement des effectifs des juridictions, la poursuite de l’application de la carte judiciaire par l’érection de certaines justices de paix en tribunaux d’instance, la promotion du mérite en vue de la bonne distribution de la justice », affirmé sous couvert de l’anonymat.

 « Sur les 6 procureurs de Bamako, seuls 2 restent à leurs postes (le procureur Kassogue du pôle économique et le procureur samba sissoko du pôle anti-terroriste). Les 4 autres procureurs sont remplacés. Il s’agit entre autres de  Fatoumata Sekou Dicko procureur du tribunal des Instance de la  en Commune 1, en commune 2 par Bourama Kariba Konate, en Commune 4 par Idrissa Hamidou Toure, l’actuel procureur de Bougouni et en Commune 5 par Bandiougou Fofana, l’actuel procureur de Kati.  Les procureurs qui étaient à ces postes sont tantôt promus à d’autres postes tantôt mutés à des postes équivalents à l’intérieur du pays », explique une autre source judiciaire.

Cette fois-ci, notre  source est formelle car elle ajoute par la suite « On peut noter aussi la promotion d’anciens juges de paix devenus tantôt procureurs tantôt présidents de tribunal. Bravo à M le ministre même s’il n’y a pas d’œuvre humaine parfaite, surtout que les gens ne sont pas toujours objectifs ».

Elle affirme par la suite que « Certains crieront injustice s’ils ne sont pas contents de leurs points de chute ou s’ils sont jaloux de ceux des autres dont ils ne sont pas plus compétents ni plus intégrés encore que dans la vie chacun a sa chance. Bonne chance à tous pour le bonheur de nous autres justiciables », dit-elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *