Xinjiang : les travailleurs et les associations de l’industrie réfutent les accusations de travail forcé

Par croissanceafrique

Les travailleurs des industries du vêtement et du photovoltaïque du Xinjiang ont riposté aux allégations étrangères de violations des droits de l’homme dans leurs secteurs.

Lors d’une conférence de presse à Beijing vendredi, des représentants ont parlé de l’amélioration de la qualité de vie et de la contribution des industries pour les marchés mondiaux.

Selon Alida Turahmat, employée de l’Ili Zhuowan Garment Manufacturing, la vie de sa famille s’est grandement améliorée après avoir obtenu l’emploi. Ses parents sont agriculteurs et leurs revenus ne sont pas très élevés. Maintenant, avec son salaire mensuel, elle peux non seulement acheter ce qu’elle aime, mais aussi payer la vie de ses parents.

« La promotion du développement des énergies renouvelables, y compris le photovoltaïque, et la promotion d’une révolution énergétique sont devenues un consensus entre tous les pays. L’industrie photovoltaïque chinoise ne dessert aucun marché unique, mais le marché mondial. Nous n’avons pas peur de traitement injuste. Si vous voulez éteindre l’industrie photovoltaïque du Xinjiang, vous devez vous demander si les marchés chinois et mondial sont d’accord », a déclaré He Ning, secrétaire du conseil et directeur des relations avec les investisseurs Nouvelle énergie du Xinjiang Daqo. 

(Photo : VCG)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *