Selon l’OMS et l’UNICEF, 23 millions d’enfants n’ont pas reçu les vaccins infantiles de base dans le cadre des services de santé de routine en 2020 grâce à la Covid-19

Par croissanceafrique

Cette information a été dévoilée le 16 juillet 2021 à New York (USA). Selon les deux organisations Onusiennes,  la pandémie de la COVID-19 entraîne un recul majeur de la vaccination des enfants contre les autres maladies, selon de nouvelles données de l’OMS et de l’UNICEF. Ces deux organisations aunisiennes ont annoncé à travers ses données que 23 millions d’enfants n’ont pas reçu les vaccins infantiles de base.

Cette nouvelle série de chiffres complets officiels sur la vaccination des enfants à l’échelle mondiale illustre, pour la première fois, les perturbations subies par les services de santé à l’échelle planétaire en lien avec la COVID-19. Les données montrent ainsi qu’une majorité de pays ont enregistré une baisse des taux de vaccination des enfants l’année dernière.

Plus préoccupant encore, la plupart de ces enfants (jusqu’à 17 millions) n’ont probablement reçu aucun vaccin au cours de l’année, exacerbant encore un peu plus les inégalités, déjà criantes, en matière d’accès aux vaccins. La majorité de ces enfants vivent dans des communautés touchées par des conflits, dans des lieux isolés mal desservis, ou dans des zones de peuplement informelles, voire des bidonvilles, où ils sont confrontés à des privations multiples, dont un accès limité aux services de santé élémentaires et aux principaux services sociaux.

Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS a déclaré que« Alors même que les pays réclament des vaccins contre la COVID-19 à grands cris, nous avons enregistré un recul concernant les autres vaccins, exposant les enfants à un risque de maladies dévastatrices, et pourtant évitables, telles que la rougeole, la poliomyélite ou la méningite », a déclaré et d’ajouter que  le  « L’apparition de flambées épidémiques concomitantes serait une catastrophe pour les communautés et les systèmes de santé déjà aux prises avec la COVID-19. C’est pourquoi il est plus urgent que jamais d’investir dans la vaccination infantile et de veiller à atteindre chaque enfant. »

Par rapport à l’année  2019, 3,5 millions d’enfants supplémentaires n’ont pas reçu leur première dose de vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTC-1), et quelque 3 millions n’ont pas reçu leur première dose contre la rougeole. 

Toutefois, les données montrent que les pays à revenu intermédiaire représentent désormais une part croissante des enfants non protégés, c’est-à-dire des enfants qui n’ont pas reçu au moins certaines doses de vaccins. L’Inde enregistre une baisse particulièrement importante, la couverture du vaccin DTC-3 ayant chuté de 91 % à 85 %.

Alimentée par les pénuries de financement, la désinformation sur les vaccins, l’instabilité et nombre d’autres facteurs, une situation préoccupante se profile également dans la région des Amériques de l’OMS, où la couverture vaccinale continue de baisser. À peine 82 % des enfants sont pleinement vaccinés avec le DTC, contre 91 % en 2016.

Notons qu’avant l’apparition de la  covid-19, les taux mondiaux de vaccination des enfants contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la rougeole et la poliomyélite stagnaient depuis de longues années aux alentours de 86 %. Il faut signaler que ce chiffre est bien inférieur au taux de 95 % recommandé par l’OMS pour se protéger contre la rougeole (qui est souvent la première maladie à refaire surface lorsque les enfants ne sont pas vaccinés), et insuffisant pour enrayer d’autres maladies évitables par la vaccination.

Zangouna KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *