Mali: le nouveau mandat de la MINUSCA est adopté (Résolution 2605)

Articles de l'auteur

croissanceafrikhttp://croissanceafrique.com
Croissance Afrique (sarl) est un Média multi-support qui propose plusieurs rubriques axées sur l’actualité économique du continent, notamment la Finance-secteur, Banque-Assurance, Défense-sécurité, Climats, Agro, TIC, Gestion-Publique, Mine-commodité, communication, Leaders, Electricité et Institutions internationales, Telecom, Hydrocarbure, transport etc.

Avec cette résolution 2605 adoptée par 13 voix pour, zéro contre, et deux abstentions (la Chine et la Fédération de Russie), le Conseil – agissant en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies – a décidé de maintenir les effectifs actuels de la MINUSCA à 14 400 militaires, 3 020 policiers personnel et 108 agents correctionnels.

Il a décidé que le mandat de la Mission visait à faire avancer une vision stratégique pluriannuelle pour créer les conditions propices à la réconciliation nationale et à une paix durable, notamment par la mise en œuvre de l’Accord politique sur la paix et la réconciliation de 2019 et l’élimination de la menace posée par les groupes armés.

À la suite de cette adoption, le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de la MINUSCA, Mankeur Ndiaye, n’a pas caché son enthousiasme. « Je me félicite du renouvellement par le Conseil de Sécurité ce 12 novembre 2021 du mandat de la MINUSCA pour une année, jusqu’au 15 novembre 2022. Nous poursuivrons nos efforts pour l’exécution du mandat en continuant de travailler en étroite coopération avec le Gouvernement », a-t-il déclaré.

Ce nouveau mandat reconduit les différentes tâches prioritaires que la MINUSCA est appelée à exécuter au cours des 12 prochains mois. Elles portent sur la protection des civils, les bons offices et l’appui au processus de paix, notamment la mise en œuvre du cessez-le-feu et l’APPR ainsi que la facilitation de l’acheminement immédiat, complet, sûr et sans entrave de l’aide humanitaire et la protection du personnel, des installations, du matériel et des biens des Nations Unies.

Le Conseil a en outre autorisé la MINUSCA à poursuivre la promotion et la protection des droits de l’Homme, y compris la surveillance, les enquêtes, les rapports annuels au Conseil et le suivi des violations du droit international humanitaire et des atteintes aux droits de l’Homme commises dans toute la République centrafricaine.

Dans les rues de Bangui, les réactions varient. Certains pensent qu’avec ce nouveau mandat, il faut que la MINUSCA améliore ses interventions, et qu’elle accomplisse toutes les tâches qui lui sont assignées par le Conseil de Sécurité. C’est le cas de Yvan Marcel, enseignant: « Nous pensions que la présence de la MINUSCA devrait contribuer fortement au rétablissement du climat sécuritaire. Malheureusement depuis que la MINUSCA est ici, la situation ne fait que se dégrader. Ça ne sert à rien de renouveler son mandat».

D’autres expriment leur satisfaction. C’est le cas de Junior, commerçant : « C’est une bonne nouvelle car la MINUSCA rend service à la population centrafricaine. Il y a même plein de jeunes qui sont recrutés par la mission, et cela contribue à améliorer leur niveau de vie ».

Articles relatives

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Actualité